Indépendants : tout savoir sur le métier d’acheteur

 Nous avons identifié les principales caractéristiques du métier d’acheteur. Ce décryptage est très utile pour ceux qui optent pour la voie de l’indépendance ou du portage

1- Qui est-il ?

Doté d’un esprit d’initiative, d’un bon sens du relationnel, l’acheteur se doit d’être motivé en plus d’être animé par une curiosité débordante indispensable à son rôle.
Selon son secteur d’activité, public, privé, ou industriel, l’acheteur est à l’affût de nouveautés, d’évolutions, de caractéristiques sur son ou ses produits de prédilection. Intuitif, l’acheteur d’excellence anticipe les besoins de son employeur ou de ses fournisseurs. Suscitant des responsabilités engageant financièrement son entreprise de plusieurs milliers d’€uros, l’acheteur doit être apte à gérer son stress.

2- Que fait-il?

L’acheteur a pour mission la maîtrise des achats en assurant des rapports sur la qualité, le prix ou encore les délais. Casser les prix, définir les termes des contrats d’achats, veille et analyse financière, la tâche de l’acheteur se destine à la réduction des coûts de manière à permettre à son entreprise d’augmenter le bénéfice de par l’économie obtenue sur les marges par l’acheteur, le tout dans le respect de la déontologie.

3- Où agit-il ?

L’acheteur public intervient dans les administrations et entreprises publiques. Ayant pour rôle la passation des marchés, l’acheteur public a vu sa destination évoluée de par les réformes des marchés publics (entre 2001 et 2006), une connaissance de l’achat par optimisation économique et technique. Militant pour la séparation des tâches en différents postes dans les grandes administrations, les objectifs visant la maîtrise des compétences sur la dépense publique s’avèrent contraignants pour les candidats. Juridiquement, « acheteur Public » représente le pouvoir adjudicateur au même titre que les entités adjudicatrices en tant que qualificatif global du terme.
L’acheteur industriel est présent dans les grands groupes de l’industrie, faisant équipe avec d’autres acheteurs, il est bien souvent rattaché à un produit ou une famille de produits. Prospecter des fournisseurs, identifier et déterminer les besoins de son entreprise, négocier les prix, veiller au bon déroulement de la livraison, assurer toute défaillance ou imprévu dans le secteur des achats sont les principales tâches attendues par l’acheteur industriel.
L’acheteur du secteur privé, dans une poursuite commune à celle de l’acheteur public, répond au client dans les tâches de recherche à la performance et l’économie du produit. L’évolution dans les fonctions des acheteurs professionnels font converger le Privé vers le Public. Révélation faite de son importance auprès des PDG catalysée durant la crise économique, la profession se voit prisée de toutes parts dans un objectif de maîtrise du coût plutôt qu’une obligation d’externalisation des tâches. L’acheteur privé voit ses compétences attendues multipliées, n’étant pas dans une démarche unique d’achats, il accompagne ses prescripteurs à différents niveaux comme le sourcing ; base de données pilier de l’acheteur, auprès des fournisseurs dans la négociation, l’analyse et le suivi, mais aussi et surtout dans la définition des besoins.

4- Comment fait-il?

Fin stratège, l’acheteur analyse sans cesse le marché, que ce soit sur internet, sur les salons professionnels ou encore auprès des fournisseurs.
Suivant les besoins, l’acheteur démarche les fournisseurs, qui une fois sélectionnés, lui permettent le test ainsi que le choix du ou des produits.
S’ensuit une négociation ardue afin d’obtenir des conditions aussi avantageuses que possibles toujours dans une politique d’économie.
Méthodique et rigoureux, l’acheteur possède une base de données à jour de manière à anticiper et à gérer les imprévus pouvant apparaître.

5- Comment agit-il?

En échange permanent, dû à son intervention polyvalente, l’acheteur côtoie régulièrement les autres services de son entreprise, tels les services de la production ou encore les services de comptabilité mais aussi de nombreux interlocuteurs comme des fournisseurs de tous secteurs (outillage, équipements, fournisseur d’uniformes…)
Il assure une permanence à ses fournisseurs afin de préserver de toute défaillance qui peuvent entraîner des coûts supplémentaires.

6- Où intervient-il?

Mobilité, flexibilité sont des conditions imparables au poste d’acheteur. Amené à se déplacer, parfois de manière imprévue, à la rencontre de fournisseurs et ou clients, lors de salons professionnels, l’acheteur intervient sur tout le territoire français, voir même à l’international en fonction de la localisation de ses contacts.

7- D’où vient-il?

Issus de formations Bac+2, telles un BTS Négociation et relation client, d’un BTS Management des unités commerciales, d’un BTS Commerce international ou encore d’un DUT Techniques de commercialisation, les jeunes diplômés ont une grande difficulté à intégrer leur première expérience.
Effectivement, les acheteurs sans expérience se voient très souvent rétrogradés au statut d’Assistant achats, ce qui leur permet, suite à cette expérience de tenter de gravir les échelons assez rapidement.
Les acheteurs rattachés à une centrale d’achats ou intervenant à l’international sont généralement diplômés d’une école de commerce ou encore d’une école d’ingénieurs.
Des compétences complètes en technique comme en commercial peuvent, souvent, faciliter l’évolution dans la carrière d’acheteur. La maîtrise de l’Anglais est impérative. Une seconde langue est fortement conseillée sur une candidature ou un désir de carrière d’acheteur international.

8- Combien demande-t-il?

De nombreuses variables entrent en jeu dans la rémunération d’un acheteur telles que sa flexibilité, sa mobilité, une spécialisation, sa position géographique et bien d’autres.

Un salaire bien trop souvent dévalorisé aux vues de la hauteur des enjeux.

Le débutant non-cadre est rémunéré en moyenne 1800 €uros Brut par mois.
Une spécialisation d’acheteur en centrale d’achat incite un début de carrière autour des 2000€uros Brut par mois.
Dans un poste à l’international, le salaire de l’acheteur débute aux alentours des 2500€ €uros Brut par mois.

Les freelances, quant à eux, perçoivent un TJM allant jusqu’à 1000€ pour les plus confirmés.

9- Que devient-il ?

Les débouchés d’évolutions d’un acheteur, qu’il soit du secteur industriel ou de grande distribution, s’orientent sur des carrières de Chef ou Directeur d’un service d’approvisionnement ou des achats.
En nombre restreint, les acheteurs se comptent à 50 000 dans le secteur industriel, autour des 5000 dans la grande distribution.
Sachant que 33% uniquement des diplômés en fin de formation sont recrutés, l’évolution du métier d’acheteur se pratique très régulièrement sous le statut d’indépendant.

10- Solo, quelle différence y a-t-il ?

Difficilement accessibles, les places d’acheteurs sont très recherchées et peu nombreuses, ce qui a conduit de nombreux professionnels du secteur à s’orienter sur le lancement d’une carrière solo en Freelance ou encore sous le système du portage salarial.

Seul capitaine à bord de son navire, l’acheteur indépendant voit son ticket moyen augmenter de par des propositions très intéressantes financièrement, mais celui-ci se voit imputé de charges patronales qui sont dues à son statut d’entrepreneur.

Le taux journalier moyen d’un acheteur sera défini selon plusieurs paramètres listés ici d’une façon non exhaustive : expérience, spécialisation, localisation du poste, volume d’affaires…

Quelques exemples de Ticket Moyen Journalier :

– un acheteur freelance, gestionnaire de stock, approvisionneur, confirmé en sourcing, négociateur confirmé offre ses prestations autour de 300€ par jour.
– un acheteur indépendant, spécialisé dans l’achat de production et hors production, Supply Chain, gestion de projet et négociateur propose un tarif journalier de 550€
– un acheteur débutant, spécialiste de la Chine se rémunère autour de 400€ en moyenne par jour.
– un acheteur spécialiste Marketing International propose ses services à 400€ la journée.

Même si les expériences professionnelles constituent le levier principal en matière de valorisation de son ticket moyen, l’acheteur peut voir l’échelle de sa rémunération évoluer à savoir : un début de carrière aux alentours des 30K €uros par an, grimpant à plus de 80K €uros par année pour les acheteurs confirmés.

Portageo

À propos de Portageo

Laissez-vous porter par Portageo et ses 15 années d'expertise en portage salarial.
Ce contenu a été publié dans Focus sur, Newsletters Portageo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.