Le portage salarial, un véritable raccourci vers l’indépendance

Le portage salarial, un véritable raccourci vers l’indépendanceVous êtes tenté par le statut d’indépendant, de freelance, mais vous n’osez pas sauter le pas ? Vous ne savez pas comment vous y prendre ? Vous en redoutez les contraintes ? Peut-être que vous avez sauté le pas, mais vous subissez alors des contraintes que vous n’aviez pas imaginées, ou que vous aviez sous-estimées ? Voilà des situations qui doivent vous faire vous intéresser au portage salarial.

Le portage salarial en quelques mots

Ce mode de travail très moderne dans l’esprit et dans la pratique, consiste à porter des prestations d’indépendants auprès de leurs clients: la société de portage facture le client et rémunère le freelance sur un mode salarié. Il est très important de comprendre que la prestation demeure intuitu personae, complètement attachée à l’indépendant en tant que personne. C’est ce qui en fait une solution idéale pour les freelances : respect de leur philosophie du travail et amélioration du confort de leur exercice.
Beaucoup de métiers d’indépendants sont éligibles au portage salarial. En synthèse tous les prestataires intellectuels qui ne dépendent pas de professions réglementées. Ne sont pas éligibles les professions libérales assimilables à un service public ou administratif, et les services à la personne encadrés. Cela élimine les experts comptables, médecins et enseignants par exemple, mais laisse éligible un nombre extrêmement important de services aux entreprises, cibles privilégiées des freelances : consultant en tous domaines, formateur, coach, commercial. Même certains services aux particuliers entrent dans le cadre, s’ils ne sont pas réglementés.

Les grandes valeurs du travailleur indépendant

Le freelance est généralement motivé dans sa démarche par plusieurs principes essentiels, l’indépendance au premier chef. Celle-ci s’exprime par des critères très terre à terre : liberté d’horaires et de cadre de travail, grande autonomie dans la relation quotidienne avec le client. Ce sont bien sûr les contreparties d’une compétence et d’un professionnalisme reconnus par le client qui attend des prestations de qualité sans avoir à gérer le consultant au sens RH du terme : c’est l’objectif de la prestation qui va réunir leurs intérêts communs. L’indépendance, c’est également un tout pour le freelance : il aime gérer ses interventions du début jusqu’à la fin, dénicher le besoin, convaincre de sa compétence, négocier son intervention, maîtriser sa réalisation, la mener au bout pour l’entière satisfaction du client. S’il n’aime pas se voir donner des ordres, le fameux lien de subordination, il aime entraîner son client sur la voie du succès. Il a confiance en son savoir-faire, à son analyse, mais il a aussi l’humilité de savoir observer et écouter le client pour trouver la bonne solution. Le travailleur indépendant est toujours un leader d’action à sa manière : il peut travailler en toute indépendance sur un sujet connexe au métier de son client, lui apportant totalement son-savoir faire spécifique, ou a contrario s’intégrer au contexte pour conseiller avec un regard compétent et externe

Les petits et gros inconvénients du travail indépendant

Si les valeurs portées par le travail indépendant sont enthousiasmantes, elles ne peuvent faire oublier quelques petits désagréments. Un démarrage d’activité est toujours lourd et périlleux. Il nécessite un statut qui se traduit par la création d’une société. C’est toujours long, couteux en temps et en argent. De quelques centaines d’euros pour les casse-cous, quelques milliers pour les rigoureux. Une fois en régime établi, s’il est atteint, s’accumulent les contraintes administratives légales : voilà le freelance obligé de se transformer régulièrement en comptable, tout en ayant besoin de recourir à un cabinet comptable. Arrivent également des choix pénibles : quelle mutuelle ? Quelles assurances ? Et un régime particulier à géométrie variable : contributions sociales, cotisations retraites. Il faut tout faire soi-même, sans certitude sur ses choix, ou au prix de prestations externes onéreuses. Et que dire des petits accidents industriels, ou des retards de paiement, de la responsabilité sur ses biens.
Les conséquences de ces vicissitudes sont imparables : l’aspirant freelance n’ose pas se lancer ou renonce au cours du processus de création, le freelance en activité n’est pas serein, l’esprit accaparé par ces tâches chronophages bien loin de ses nobles aspirations.
La meilleure solution pour éviter ces inconvénients tout en conservant les avantages de l’indépendance est le portage salarial.

Que vous apporte le portage salarial ?

Vis-à-vis de vos clients, vous demeurez indépendant. Vous trouvez et négociez vos missions, et les menez à votre manière. Par contre, vous êtes, pour la mission, salarié de l’entreprise de portage salarial. Moyennant une commission sur le chiffre d’affaires, vous bénéficiez de tous les avantages et droits d’un salarié : sécurité sociale, droit au chômage, à la formation, aux mutuelles pour les plus importantes. Et ceci sans tous les soucis administratifs, puisque tout est géré par la société de portage. Disposant d’un contrat de travail, vous bénéficiez d’une garantie de salaire et de possibilité d’avances.
Ce point nous amène à un autre avantage fondamental : en cas de lancement d’activité, plus besoin des délais et frais de mise en place initiaux : une mission peut démarrer en 24 heures, sans dépense à avancer. C’est le raccourci vers l’indépendance, de quoi vous consacrer exclusivement et plus intensément à votre métier : trouver vos missions et les mener à bien. Et enfin oser vous lancer !
Enfin, pour certains le plus important, le fait que libre vous appartenez à une structure. Vous pouvez profiter du réseau de fait que constitue la société de portage. Celles-ci facilitent souvent d’ailleurs les possibilités de contacts entre pairs. Une bonne société de portage vous apportera une crédibilité et une image supplémentaire. Et surtout la confiance des clients.

L’intérêt du client, un atout pour le freelance.

Les avantages pour les clients à faire appel à des consultants indépendants sont limpides. Ils procèdent soit de l’apport de compétences externes pointues et spécifiques, momentanées ou non, soit du pouvoir particulier de « l’électron libre », sans avoir à salarier une ressource de valeur.
Dans le premier cas, le freelance traitera une surcharge, un besoin particulier, une tâche spécifique hors cœur de métier. Il s’intégrera au dispositif sans peser dans la masse salariale du client.
De la notion d’électron libre, il faut retenir ici la capacité de contribuer sans peser (c’est l’autonomie du freelance), la capacité d’interaction (l’expérience hexogène du freelance), et le pouvoir catalyseur (l’indépendance du freelance). Souvent, un consultant externe pourra atteindre certains objectifs plus facilement.
Certains diront que ces caractéristiques se retrouvent dans les interventions des sociétés de conseil. Certes, mais le portage salarial apporte deux avantages au client : une relation simplifiée et personnifiée avec le freelance, et par voie de conséquence un coût plus faible, sans la plus-value « métier » de la société de conseil. Pour autant, le client se trouvera sécurisé par la relation contractuelle avec la société de portage qui prend la Responsabilité Civile Professionnelle de la mission, et une complète absence de risque de requalification garantie par le cadre légal du portage salarial.
À y regarder de près, tout ce qui convient au freelance convient au client, et vice-versa. Souplesse, efficacité et sécurité, trois avantages du portage salarial qui se déclinent chacun autant pour les clients que pour les freelance !

Portageo

À propos de Portageo

Laissez-vous porter par Portageo et ses 15 années d'expertise en portage salarial.
Ce contenu a été publié dans Newsletters Portageo, Portageo en Bref. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.