Pourquoi la génération Z va adorer travailler en portage salarial ?

Pourquoi la génération Z va adorer travailler en portage salarial ?Nés après 1995, succédant à la génération Y et préphasant la génération Alpha, la génération Z bouscule les codes et les habitudes de travail. Issue de parents divorcés qui enchaînent souvent contrats de travail plus ou moins précaires et périodes de chômage, né avec les smartphones, l’éphémère et l’instantanéité sont leur quotidien.

C’est une génération CDD. Bien loin de l’égoïsme de leurs aînés, c’est aussi la génération du partage avec le covoiturage, les réseaux sociaux… Habitués à se débrouiller seuls, ils ont créé leurs propres codes qui font voler en éclats un ordre social et sociétal déjà pas mal bousculé par leurs aînés.

Passionnés et largement autodidactes grâce notamment aux nouvelles technologies qu’ils maîtrisent sur le bout des ongles, conscients de leurs valeurs, ils ne sont pas enclins à céder quoi que ce soit d’une liberté inscrite au plus profond de leurs gênes. Pour la grande majorité d’entre eux les jobs salariés ne sont qu’alimentaires et ils n’ont aucune hésitation à mettre leurs compétences au service de leur liberté.

1# Travailler en mode indépendant

Les grandes entreprises, les start-up et autres entreprises innovantes l’ont bien compris. Avec la génération Z ce ne sont plus les gens qui s’adaptent à l’entreprise, mais l’entreprise qui doit s’adapter et séduire ces jeunes loups aux profils le plus souvent atypique. Et c’est justement cela dont la société est friande aujourd’hui. Avec eux, finis les jobs à vie, les petites planques pépères derrière un bureau, l’image rassurante du fonctionnaire. La routine les effraie et leur hyper connectivité les invite à travailler à n’importe quelle heure de n’importe quel point connecté de la planète.

Ils ont donc une appétence naturelle pour le travail en freelance. Peu importe le temps passé sur la concrétisation d’un projet pourvu que l’objectif soit atteint. Il va de soi que ce concept ne fait pas forcément bon ménage avec la rigidité d’un code du travail inadapté à leurs ambitions et à leurs capacités. Le statut de freelance et professionnel autonome leur va à merveille, d’ailleurs, aux USA, pour la première fois, et depuis leur arrivée sur le marché du travail le nombre de travailleurs indépendants est supérieur au nombre de CDI.

Avec l’avènement des nouvelles technologies de l’information et les réseaux sociaux, ils sont dans une logique mondiale et il n’y a plus que très peu de sentiment d’appartenance locale, régionale ou nationale. Ils sont d’ailleurs près de 70% à se dire prêts à aller travailler à l’étranger.

2# S’enrichir de nouvelles expériences

Si, jeunes diplômés (bien que pour eux les titres n’aient qu’une importance toute relative) ils acceptent d’être recrutés en tant que salarié, ce n’est que dans le seul et unique but d’enrichir leurs connaissances de nouvelles expériences. Philosophie et fidélité d’entreprise sont des notions tout à fait obsolètes pour eux.

Cette nouvelle manière de voir et de penser le travail amène aussi les entreprises à repenser leurs modes de recrutement et de plus, en France, la complexité dans la gestion des salariés est telle que nombre structures sont en passe d’anticiper les changements. En effet, tout chef d’entreprise se doit d’être à minima visionnaire et la société de demain sera essentiellement basée sur des compétences indépendantes.

3# Le changement quand je veux !

Bien conscients de créer le monde demain, les Z, contrairement à leurs grands frères Y ne comptent pas entrer dans sur le marché du travail par la porte du chômage. Riche de 16 millions d’individus hyper connectés, la génération Z a bâti, via les réseaux sociaux un univers ouvert et sans frontières et ne consent à aucun moment se laisser enfermer dans le monde de l’entreprise qu’ils jugent anémotif, clivant et froid.

Loin d’être obsédés par la verticalité du travail, dès que leur emploi salarié ne leur accorde plus la transversalité à laquelle ils sont habitués, ils partent sans la moindre appréhension. Pour eux, le vivre et le travailler ensemble ne doit pas entravé par des contraintes hiérarchiques ou administratives.

Ils aspirent à une totale indépendance alliée à une réussite professionnelle et ne sont habitués à compter que sur eux même, donc…entrepreneuriat est la voie royale pour cette jeune génération. Et comme ils ne sont pas enclins à se compliquer la vie avec des documents administratifs et de la gestion au sens propre du terme, le portage salarial est le statut vers lequel ils tendent majoritairement.

4# Exit la hiérarchie

Contre toute pensée déviante et inadaptée, la génération Z est avant tout éprise de justice qu’elle soit sociale, morale, financière, politique… D’ailleurs les dernières élections présidentielles ont prouvé une nette tendance au rejet pur et simple d’un système perçu comme corrompu. S’ils n’ont rien contre un cadre en particulier, il faut impérativement que la hiérarchie qui pose ce cadre soit irréprochable.

Ils effrayent les anciennes générations, celles des paroles données à la volée, des dessous de table… Décomplexés mais par arrogants, dynamiques et créatifs, ils ont besoin d’évoluer dans un univers transparent qui va stimuler leur créativité. Tous les entrepreneurs qui commencent à travailler avec eux sont unanimes : ils ne râlent pas, ne montent pas au créneau, ne sont pas vindicatifs ; ils partent tout simplement.

Il en est de même s’ils ont achevé la mission qui était la leur et s’ils estiment s’ennuyer. Afin de ne jamais s’ennuyer et d’être toujours en phase avec l’idéal qu’ils se sont créés, les Z préfèrent entrepreneuriat, sans pour autant se détourner de la sécurité que confère un emploi salarié. Là encore ils trouvent le modèle idéal avec le portage salarial qui les laisse maître de leur gestion professionnelle et qui leur permet aussi de sortir de l’isolement dont peuvent parfois souffrir les professionnels autonomes. Le portage salarial est aussi un espace moderne, convivial et propice à la création de réseau.

5# L’ubérisation

Avec l’avènement de la génération Z on assiste à effondrement su système de rente dans quelque domaine que ce soit (patrimonial, financier, situation, social…). Ils veulent vivre de leur talent et considèrent que les entrepreneurs en poste doivent être honorés qu’ils mettent leurs compétences modernes au service d’entreprises aux méthodes et aux objectifs obsolètes à leurs yeux.

Pragmatiques et lucides ils ont une vision globale, mondialisée de l’économie et de leurs ressources. Si leurs aînés ont posé les bases de l’ubérisation du travail, c’est pour eux une notion acquise. Adeptes du travail collaboratif et payé à sa juste valeur, ils s’intègrent parfaitement dans l’économie ubérisée et s’en félicitent. Ils prennent et revendiquent leur autonomie au travers d’une indépendance financière qu’ils acquièrent de plus en plus jeunes grâce au modèle freelance dont ils sont adeptes.

Portageo

À propos de Portageo

Laissez-vous porter par Portageo et ses 15 années d'expertise en portage salarial.
Ce contenu a été publié dans Actualités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.