Nicolas D., Dirigeant de transition, secteur industrie

Ingénieur Centrale Paris, certifié CPIM (APICS) et diplômé en Droit, Nicolas a acquis en 25 ans de carrière dans des grands groupes (Coopers & Lybrand, Solvay, Pitney Bowes) différentes compétences. Il intervient en qualité de directeur général.

Qui êtes-vous ? Pouvez-vous vous présenter en quelques mots, nous parler de votre parcours personnel et professionnel ?

« 52 ans, je suis dirigeant de PME et d’ETI industrielles. Ingénieur de formation, j’ai travaillé dans des secteurs d’activité très différents : industries de process (chimie, chimie fine, plastiques et polymères), industrie manufacturières, services aux entreprises et biens d’équipements. J’ai fait de la variété le fil directeur de ma carrière, ce qui m’a amené à déménagé à plusieurs reprises pour privilégier la diversité des problématiques et des situations de transition. À partir de 2007, j’ai pris la direction d’entreprises de production haut de gamme, artisanales. Parallèlement, je réalise des missions liées à performance économique, résolution de problèmes complexes, résolution de crises etc. J’interviens actuellement au profit d’une PME dans une situation de retournement, consécutive à la séparation de deux associés. Mon rôle consiste à accompagner le dirigeant, mettre en place les procédures et les différentes politiques (commerciales, sociales, industrielles) en vue de sécuriser la société, favoriser la restructuration de son capital et de permettre une levée de fond efficace. »

Quelles sont les valeurs qui vous portent, en lesquelles vous croyez ?

« L’exercice d’un mandat social suppose d’avoir conscience de la responsabilité personnelle que l’on a envers toutes les parties prenantes : salariés, actionnaires, partenaires, administrations etc. Cela suppose d’être lucide sur les situations, convaincu de ses choix, courageux pour les décider, les annoncer et les assumer. »

Faites-nous profiter de votre expérience professionnelle : d’après vous, quelles sont les clés de la réussite ?

« Si je savais… une première clé est de savoir quel niveau de confiance et de délégation on peut accorder à ses collaborateurs et agir en conséquence. Une délégation réussie repose sur  la capacité à transmettre du pouvoir à quelqu’un qui l’accepte, ayant la réelle capacité et volonté de l’assumer. Cet échange doit être très clair entre le dirigeant et ses collaborateurs dès l’origine. J’ai par exemple organisé la supply-chain d’un de mes clients. Il ignorait qu’il avait un aigle de haut vol dans sa basse-cour, qu’il a suffi de responsabiliser pour réussir des affaires extrêmement complexes. Cette société commercialise en France des produits soumis à une règlementation très stricte avec des délais très courts alors qu’ils sont majoritairement importés d’Asie. En replaçant les niveaux de décisions et d’informations auprès des bonnes personnes, les stocks ont été réduits et la qualité de service améliorée. »

Pourquoi avoir choisi d’exercer en portage salarial ?

« J’ai choisi le portage salarial pour simplifier toute la gestion administrative de mes relations commerciales, et me concentrer sur ma propre valeur ajoutée. »

Pourquoi avoir choisi PORTAGEO ?

« Recommandé par des amis qui travaillent en portage salarial avec Portageo. Ils ont su apprécier le professionnalisme des collaborateurs Portageo (le responsable commercial et les gestionnaires de dossiers). »

Projetons-nous dans l’avenir : comment voyez-vous votre évolution professionnelle ?

« Je me vois continuer dans cette voie, en apportant une expérience toujours plus variée et renouvelée dans un contexte industriel et opérationnel de plus en plus contraint, ce qui justifie l’appel transitoire à des compétences extérieures. Mon secteur de prédilection est l’industrie dans lequel je peux apporter à la fois un diagnostic rapide et une mise en œuvre réaliste des mesures qui s’imposent.»

Un conseil à donner aux candidats au portage salarial ?

« De passer beaucoup de temps à lire et étudier des ouvrages de gestion. Le métier est passionnant parce qu’il permet de mettre en œuvre différentes techniques expérimentées dans des secteurs d’activité très différents. La maîtrise de ces techniques permet de se concentrer sur l’humain qui est évidement le facteur de réussite des missions. »

Par